Le Comité national des traditions des Troupes de marine « Bazeilles »

Placé sous le régime de la loi du 1er juillet 1901, le Comité a été créé par deux anciens sous-officiers du 4ème RIC, MM. Seriau et Deshayes, tous deux retraités de l'EDF, qui avaient servi dans la "coloniale" pendant la campagne 1939-1940. Lors de la première délibération du conseil d'administration, le 3 février 1950, ils exposent la nécessité de créer un comité pour commémorer l'anniversaire des combats de Bazeilles dont le souvenir semble abandonné, obtenir la réfection de l'ossuaire qui est délabré, remettre en état la maison "de la Dernière Cartouche " en très mauvais état et dont les collections du musée qu'elle contient, ont été pillées, et enfin veiller au maintien des traditions des Troupes coloniales. Ils bénéficient de l'appui du général Salan qui était alors Directeur des Troupes Coloniales.

Les statuts sont déposés à la Préfecture de Police de Paris le 1er mars 1950. Le 1er août le Comité devient responsable de l'entretien de du gardiennage de la maison de la "Dernière Cartouche" aux termes d'un contrat qui le lie à l'association le "Souvenir Français" à qui appartient la maison depuis 1909.

Le dimanche 3 septembre suivant, il organise le premier pèlerinage officiel à Bazeilles qui est présidé par le général Salan représentant le Secrétaire d'Etat aux Forces Armées -Guerre.

Le dimanche 2 septembre 1951, le deuxième pèlerinage prend une dimension nationale puisqu'il est placé sous la présidence du général d'armée Valluy représentant le Secrétaire d'Etat aux Forces Armées - Guerre. Y participent les drapeaux et étendard des 1er et 3ème RIC et du 3ème RAC et la musique des Troupes coloniales qui vient d'être créée.

C'est également en 1951 (le 23 juillet) que le général Lapierre, alors Directeur des Troupes Coloniales, décide d'instituer l'anniversaire des combats de "Bazeilles" comme fête unique des Troupes Coloniales. cette décision sera confirmée l'année suivante par le ministre des Armées reconnaissant Bazeilles comme : "… l'unique et magnifique symbole des sacrifices consentis par l'Armée Coloniale au service de notre pays …"

En 1952, un changement important, ce pèlerinage est étendu en Belgique sur les sites des combats du 22 août 1914 à Neufchâteau et Rossignol. Chaque année les mêmes cérémonies se déroulent à Bazeilles les premiers samedi et dimanche de septembre. En 1962, ses deux fondateurs créent la revue " Bazeilles " dont le premier numéro est publié le 1er octobre 1962 avant de fusionner avec le bulletin qu'éditait la Fédération en prenant son titre actuel " L'Ancre d'or-Bazeilles " (en abrégé l'AOB) dont le premier numéro (qui porte le n° 72) paraît le 1er janvier 1966. C'est une revue bimestrielle destinée aussi bien aux anciens qu'aux personnels d'active.

En 1986, pour la première fois l'anniversaire des combats de Bazeilles est célébré sur deux sites différents :
à Fréjus d'une part, qui depuis 1915 peut être considérée comme la "maison mère" des troupes coloniales, et où s'organise désormais à la date du 31 août et du 1er septembre, le rassemblement de la " grande famille coloniale ",
à Bazeilles d'autre part qui reste le symbole de la volonté et de la continuité du souvenir, mais où, par la force des choses, les cérémonies ont désormais lieu une semaine plus tard.

Cette décision avait été prise par le général de division Pierre de Quengo de Tonquedec, Inspecteur des TdM (1985-1988), qui faisait ainsi aboutir un projet lancé par son prédécesseur, le général de CA (2S) Michel Noël du Payrat ( Inspecteur de 1983 à 1985) devenu dans l'intervalle Président de la Fédération et du Comité ( il était le premier à coiffer ces deux chapeaux). Ce 1er septembre 1986, le premier rassemblement de Fréjus avait été placé sous la présidence de M. Michel GIRAUD, ministre de la Défense et du général d'armée Schmitt ( de l'Arme), chef d'état-major de l'armée de terre. Dans son ordre du jour, ce dernier soulignait que "…les Troupes de Marine, créées pour porter outre-mer les armes de la France, ont été, présentes sur le sol de la patrie en danger à chacun des grands rendez-vous de notre histoire…" et que "… leur vocation, leur spécificité, leur raison d'être, leur originalité, c'est le service outre-mer…".

Pour mieux marquer la portée de ce lien, ces deux villes, Fréjus et Bazeilles, sont jumelées depuis 1990.

Le Comité est actuellement présidé par le général de corps d'armée (2S) Pierre Lang et son secrétaire général en est le colonel (er) Jean Parisot.

En sont membres de droit tous les généraux des 1re et 2e section et tous les chefs de corps de l'Arme. Ses correspondants normaux sont les officiers de tradition des corps de troupe.
Il n'a d'autres revenus que les dons des corps de troupe, ceux qu'il peut recevoir de particuliers et le produit de la vente de ses livres.

Du fait de sa mission, il est responsable de l'organisation du pèlerinage annuel à Bazeilles, qu'il partage avec l'ENSOME qui prend à sa charge toute l'organisation militaire des cérémonies et des déplacements. Ceci porte notamment sur la mise à disposition de la Musique principale de l'Armée de terre, et celle des détachements militaires, avec leur transport et leur mise en place. La responsabilité de la visite, de l'entretien et du gardiennage du musée et de la maison de la Dernière Cartouche ainsi que de l'ossuaire militaire se trouvant à l'extrémité ouest du cimetière du village incombent tout naturellement au Comité.

Retour au Menu
'Structures officielles'

Commentaires, critiques, demandes d'informations, contact :
Pour la FNAOM-ACTDM cnttdm@orange.fr
Pour le site internet administrateur du site