La Fédération nationale des anciens d’outre-mer et anciens combattants des Troupes de marine (FNAOM/ACTDM).

Quand ils ont posé leur sac, nombreux sont les anciens des Troupes de marine, marsouins, paras et bigors qui aiment à se retrouver « du marsouin au colon », pour raconter leurs campagnes certes, mais aussi continuer à défendre les valeurs pour lesquelles ils ont combattu, apporter leur soutien à leurs jeunes camarades d’active et leur transmettre cette foi et cet esprit qui faisaient la force de leurs unités : l’esprit marsouin. Nombreuses aussi sont les épouses qui participent à ces réunions et aiment à retrouver l’ambiance qu’elles ont connue dans les garnisons de France mais surtout d’outre-mer. Bien souvent elles totalisent elles aussi, de nombreuses années de campagnes outre-mer où elles ont représenté la France.

87 amicales régimentaires, départementales et d’outre-mer (DOM/TOM, Canada et Inde) accueillent ces anciens. La FNAOM/ACTDM fédère ces amicales et assure, au niveau le plus élevé de la hiérarchie militaire, le lien entre les anciens et l’active.

La Fédération, une octogénaire toujours aussi jeune et dynamique.

Fondée en 1923 sous l’appellation de « Fédération Nationale des Anciens Coloniaux et Anciens Combattants Coloniaux », notre Fédération a été reconnue « d’utilité publique » en décembre 1929. Née du regroupement spontané d’amicales d’anciens militaires ayant appartenu, durant la guerre 1914-1918 aux nombreuses formations des Troupes coloniales mises sur pied pour les différents théâtres d’opérations (occidentaux et extérieurs), elle comprend initialement 15 associations affiliées et a l’appui agissant du ministère des Colonies, de l’Inspecteur (général Mangin) et du Directeur des Troupes coloniales de l’époque.

Sous l’impulsion de son président, Georges Barthelemy, ancien administrateur des Colonies, ancien député, elle groupe, après un an seulement d’existence, 28 associations. Sa marche ascendante la mène en 1935 à 133 associations, dont 54 outre-mer, comptant plus de 30 000 adhérents cotisants.

En 1931, à l’occasion de l’Exposition coloniale de Vincennes, une souscription nationale, dite « de la plus grande France », est lancée à son profit, sous le haut patronage du ministre des Colonies et du maréchal Lyautey.

Les jours sombres de la guerre 1939-1945, vont stopper dans son élan une Fédération dont les moyens, spécialement financiers, s’amenuisent. Mais en 1947, le capitaine de frégate en retraite Gamas, relance la Fédération et assainit sa situation financière.
C’est alors qu’en 1950, se constitue, parallèlement à la Fédération un Comité des traditions des Troupes coloniales, dit « Comité Bazeilles », se fixant comme objectif la remise en état et l’entretien de la « Maison de la dernière cartouche » et l’ossuaire de Bazeilles, pour en faire un haut lieu du sacrifice et de la gloire des Troupes de marine.

En 1962, le général de corps d’armée (2S) Nyo regroupe Fédération et Comité des traditions et réalise la fusion des deux bulletins "L'Ancre d'Or" de la Fédération et "Bazeilles" du Comité des traditions pour donner l’actuel et unique bimestriel des Troupes de marine : « l’Ancre d’Or-Bazeilles ».
Depuis lors, sous l’impulsion successive des généraux Deschênes (1978-1986), Noël du Payrat (1986-1991) et Lemoine (1991-1999), Le Pichon (1999-2004), les activités se sont poursuivies sans relâche et ont même été considérablement développées, tant au profit des anciens, et notamment des Africains ayant participé aux campagnes des soixante dernières années, qu'à celui des plus jeunes qui, continuant à servir sous le signe de l’Ancre d’Or, perpétuent les traditions et l’esprit de ce que fut la Coloniale.

Les liens avec le Comité des traditions-Bazeilles se sont resserrés, puisque tout en gardant leur spécificité, Comité et Fédération ont maintenant le même président. Dans le même esprit, la Fédération s’est rapprochée d’organismes dits d’entente, tels que Comité d'Entente des Anciens d'Indochine, le Cercle pour la Défense de Combattants d'Afrique du Nord, ou celui animé par la Saint Cyrienne et travaille en étroite coopération, à l’échelon national, avec d’autres grandes fédérations : UNC, UF, UNACITA, ACUF…
Le Fédération a tenu à s'ouvrir au monde extérieur en tenant congrès en Martinique (1985), à la Réunion (1991), en Guadeloupe (1995) puis à nouveau à La Réunion en 2001. Elle a vu au fil des années le nombre de ses amicales s'accroître pour passer de 59 en 1978 à 87 en 1995, soit un gain de près de 50% (dont 9 dans les DOM/TOM).
Concurremment, depuis 1980, un effort particulier a été fait sur la revue « Ancre d’Or-Bazeilles », devenue un véritable bulletin de liaison et d’information des anciens et des jeunes en service, et la vitrine des Troupes de marine. Le nombre d’abonnés est passé de 3000 en 1980 à 9000 en 1995. La présentation (nombre de pages, emploi de la couleur) et la qualité des articles (de fond, reportages, vie de l’arme et des amicales) permettent à notre revue de rivaliser avec les meilleures des revues d’Armes.

En juin 1999, lors du congrès de Vannes, le général de corps d’armée (2S) Tanneguy Le Pichon a été élu à la présidence de la Fédération. Après les générations de l’Indochine et de la guerre d’Algérie, le général Le Pichon marque l’arrivée de la génération des « opérations extérieures ». N’a-t-il pas été le chef d’état-major de l’opération Daguet et n’a-t-il pas servi en Bosnie et participé à des opérations extérieures au Tchad et en Centrafrique ?

Les Missions
Mission de mémoire
Maintenir le souvenir des sacrifices consentis par tous ceux qui ont servi outre-mer ou ont combattu dans les rangs des Troupes de marine (ex Troupes coloniales)
Mission d’entraide
Pratiquer l’entraide et la solidarité tant morales que matérielles entre les membres des associations adhérentes, venir en aide aux soldats d’active des Troupes de marine en difficultés et à leurs familles, aider à la reconversion des engagés en fin de contrat.
Mission vis-à-vis de l’outre-mer
Faire en sorte que soit maintenue sauvegardée et développée l’amitié des populations d’outre-mer dont les ressortissants ont servi ou combattu dans les rangs de l’administration ou de l’armée française/FONT>
Mission de civisme
Contribuer à renforcer les liens Armée-Nation en bénéficiant de la situation particulière des amicales présentes sur tout le territoire national et dans les DOM/TOM et liées étroitement aux troupes d’active des Troupes de marine et des autres armes

L’esprit et la méthode

Une règle de conduite prioritaire : Toute discussion politique religieuse ou étrangère aux buts de la Fédération est interdite dans les réunions du conseil, de l’assemblée générale et des divers comités ou commissions.

Relations avec les associations du monde combattant

La Fédération est activement présente dans trois conseils ou comités d'entente :

  • Le Conseil national pour la défense des droits des anciens combattants et militaires d'outre-mer

    Ce Conseil, dont la Fédération assure la présidence et le secrétariat, a pour objectifs :
    1. d'obtenir la " décristallisation" des pensions d'invalidité et des retraites d'anciens combattants des soldats ayant combattu dans les rangs de l'armée française, originaires des pays de l'ex-Union française et du Maghreb devenus indépendants.
    Malgré l'avancée substantielle obtenue du gouvernement actuel, le Conseil continue à demander la décristallisation totale de la seule retraite du combattant. Acte de reconnaissance de la Nation et non simple retraite, cette reconnaissance ne peut se mesurer à l'aune des pouvoirs d'achat locaux. En effet, lorsqu'il s'agissait de la risquer sur les champs de bataille, une vie " noire ", ou " jaune ", valait une vie " blanche "
    2. d'aider nos anciens frères d'armes en leur octroyant une aide immédiate (sous des formes variées : allocation financière, achat de médicaments ou,plus rarement, de vivres, fourniture de petites prothèses),
    3. de perpétuer la mémoire de leurs hauts faits d'armes en favorisant la création et la diffusion de documents écrits ou audiovisuels qui leur sont consacrés. Il s'agit d'un devoir de solidarité et de justice vis-à-vis de nos Frères d'armes. De grandes associations nationales d'anciens combattants appartiennent à ce Conseil et contribuent à son action : Union Fédérale, UNC, Fédération André Maginot, UFAC, UNACITA, ACUF, Saint-Cyrienne, les Gueules Cassées….

  • Le Conseil exécutif et le Comité national d'entente des anciens d'Indochine.

    Le Comité d'entente des anciens d'Indochine, créé par Jean Jacques Beucler, ancien Secrétaire d'Etat à la Défense puis aux Anciens Combattants, et survivant des camps de prisonniers du Viêtminh, poursuit une quête de justice " sans haine et sans oubli ", au profit notamment des rescapés du camp 113, et défend l'oeuvre entreprise sous la présence française en Indochine.

  • Le Cercle pour la défense des combattants d'Afrique française du Nord.

    Ce Cercle lutte contre toute désinformation au sujet de la guerre d'Algérie et contre l'adoption de la date du19 mars comme date commémorative de la fin de la guerre d'Algérie.

    L’Ancre d’Or-Bazeilles

    La Revue " L'Ancre d'Or - Bazeilles " résulte de la fusion en 1966 des deux revues " L'Ancre d'Or " éditée par la Fédération Nationale des Anciens d'Outre-Mer - Anciens combattants des Troupes de Marine (FNAOM-ACTDM) et " Bazeilles " publiée par le Comité National des Traditions des Troues de Marine. L'appellation abrégée en est " l'AOB ".

    Cette revue bimestrielle constitue indiscutablement le moyen privilégié de communication de l'Arme des Troupes de marine et de la Fédération. Elle est publiée sous la responsabilité juridique du président du Comité Nationale des Traditions des Troupes de Marine. Militaires d'active de tous grades et anciens participent à sa rédaction, ce qui est conforme à l'un des fondements de notre efficacité, la cohésion. Chaque numéro comporte en principe un dossier qui étudie un volet de la vie de l'Arme ou de son Histoire.

    Le journal constitue à la fois un moyen de communication interne, un moyen de liaison entre Anciens et active et un moyen de rayonnement pour nous faire connaître. La diversité du lectorat n'est d'ailleurs pas le moindre des défis qu'il nous faut relever tous les deux mois.

    A part une diffusion gratuite, qui s'adresse toujours à des organismes et non à des personnes, l'abonnement à l'AOB passe par le biais de l'adhésion à la Carte du Marsouin. Cette dernière comporte un volet " Cohésion " qui se traduit par la réception de notre revue.

    les Amicales qui constituent la fédération

    Nos 87 amicales en métropole et outre-mer, dont 23 liées directement aux unités d’active, contribuent à la bonne image de marque de notre Armée de terre, et, en son sein, des Troupes de marine. Elles contribuent à la formation morale et militaire des jeunes cadres et soldats que nous appelons «Marsouins et Bigors », à travers les échanges entre générations et les exemples de sacrifices des anciens pour la défense de la liberté, du droit, des intérêts et de la sécurité de notre pays. Quatre nouvelles amicales ont vu leur affiliation ratifiée lors du congrès de mai 2000.

    Amicales de Régiments existants
  • Anciens du 1er RIMa, 2e RIMa, 3e RIMa, 4e RIMa, 21e RIMa, RICM,
  • Anciens des 1er et 6e RPIMa, 3e RPIMa, 8e RPIMa,
  • Anciens des Bigors 1er RAMa, 2e RAMa, 3e RAMa, 11e RAMa.
  • Amicales de Régiments dissous
    22e RIMa, 24e RIMa, 33e RIC/RICMS, 57e RIC/RICMS, 2/6 RTS-6e RIC, Corps des Télégraphistes Coloniaux, Maquis de l’Oisans et du secteur 1, Citadelle et Maquis d’Indochine.
    Amicales de grandes unités
    9e DIC/9e DIMa (Toulon, Paris, Nancy, Sud ouest Bordeaux et Ouest), 1re DIC.
    L’association des amis du Musée des Troupes de marine
    adhère également à la Fédération.
    Amicales départementales ou locales
    Alpes maritimes, Ardennes, Berry, Bouches du Rhône, Calvados, Charente Maritime, Corse, Franche- Comté, Drome et Ardèche, Finistère, Morlaix, Gard, Toulouse, Gironde, Hérault, Tours, Isère et Savoies, Jura, Landes, Pays de Loire, Orléans, Figeac, FACOM de Toulouse, Cholet, Manche, Reims, Verdun et Meuse, Morbihan, Nord, Oise, Orne, Arras, Auvergne, Hautes Pyrénées, Pyrénées Orientales (également 24e RIMa), Bas Rhin, Lyon (2 amicales), Saône et Loire, Région Parisienne, Somme, Toulon, Draguignan, Remiremont, Belfort.
    Amicales des DOM/TOM
    La Réunion, la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna (3 amicales).
    Amicales à l’étranger
    Queensland (Australie), Canada, Inde et Madagascar.

    La médaille du Mérite Colonial

    I. Le Mérite Colonial

    La médaille de société dite "Mérite Colonial" est une distinction honorifique, privée, interne à la Fédération Nationale des Anciens d'Outre-Mer et Anciens Combattants des Troupes de Marine, destinée à récompenser les personnes vivantes qui se sont distinguées par leur dévouement, leur activité et leur compétence dans le soutien, la défense et la gestion des intérêts moraux et matériels de la Fédération et des amicales qui y sont affiliées, de même que par leur action au service de la France d'Outre-Mer et des Troupes de Marine.

    Le "Mérite Colonial" ne peut être attribué qu'à des personnes de bonnes vie et mœurs, ce qui entraîne la présentation d'un casier judiciaire de l'intéressé (les membres de la Légion d'Honneur, les titulaires de la médaille militaire et de l'Ordre National du Mérite en sont dispensés).

    II. Conditions d'obtention du "Mérite Colonial"

    Le "Mérite Colonial" est attribué sur proposition, soit de la Fédération (Président ou vice-présidents régionaux), soit des présidents des amicales affiliées, par une commission spéciale dont les membres sont désignés à titre permanent par l'assemblée générale de la Fédération.

    Pour conserver toute sa valeur au "Mérite Colonial", il n'est attribué, chaque année, qu'un nombre limité de médailles, de l'ordre de 150 au maximum.

    Le site Internet

    Embedded pendant plus d'une décennie sur le site des troupes de marine, la Fédération dispose maintenant de son propre site Internet « http://www.troupesdemarine-ancredor.org/ ».

    La Fédération et le Comité des Traditions peuvent être joints par E-mail aux adresses :
    « fedetdm@wanadoo.fr » pour la Fédération et « cnttdm@orange.fr » pour le Comité des traditions.

    Conclusion

    Tout au long de son existence, nonagénaire n’ayant pas pris une ride, la Fédération s’est employée, contre vents et marées, avec des fortunes diverses, à tenir ses engagements initiaux :

    Avec les 87 amicales qui la composent actuellement, elle se doit d'être toujours bien vivante et active, au service du pays, comme l'avaient voulu à sa création, ses parrains, le maréchal Lyautey et le général Mangin.
    La célébration du centenaire du rattachement des Troupes de la Marine au ministère de la Guerre (7 juillet 1900) et de la création des Troupes coloniales à l'occasion de notre congrès national 2000 à Paris, les Congrès successifs récents à la Réunion (2001), à Perpignan (2002), à Bastia (2003) et à Neuvy-sur-Barangeon dans le Cher (2004), les manifestations prévues tout au long de cette année 2005 (dont le Congrès en septembre en Guyane) montrent la vitalité de " la coloniale " et sa capacité d'adaptation aux besoins de l'Armée de terre, tout au long de ce XXe siècle et toujours au début du troisième millénaire.

    Le président de la Fédération, le général Le Pichon, concluait le rapport moral de l'année 1999 en ces termes :
    « Ni nostalgiques, ni amnésiques du passé, nous nous tournons résolument vers l’avenir, celui de nos enfants et de nos petits-enfants, pour que, comme nous, ils s’épanouissent dans un monde libre et généreux, respectueux des valeurs qui ont toujours été les nôtres ».

    En 2005, cette affirmation est plus que jamais d'actualité.

    La Fédération Nationale des Anciens d’Outre-Mer et Anciens Combattants des Troupes de Marine

    Président
  • Général Pierre LANG
  • Premier vice-président
  • Général Jean-Gabriel COLLIGNON
  • Vice-président
  • Général André SCHILL délégué aux médias
  • Secrétaire général
  • Général Armel LE PORT
  • Trésorier général
  • Lieutenant-Colonel Bernard de SAINT OURS
  • Trésorier adjoint
  • Capitaine Alphonse MENARD
  • Chancelier
  • Colonel Michel SALAÜN
  • Officier de communication et protocole
  • Colonel André RONDE
  • Administrateurs
  • Général Jean-Pierre SOYARD
  • Colonel PARISOT
  • Lieutenant Pierre VEYRIER
  • M. Louis CHEVILLARD
  • M. Georges GALLIOT
  • M. Jean-Claude N'GUYEN
  • Membres d'honneur
  • Général Michel DUVAL
  • Général Michel NOËL DU PAYRAT
  • Général Jean-Marie LEMOINE
  • Général Tanneguy LE PICHON
  • Général Michel FRUCHARD

  • Siège social : Caserne GUYNEMER RUEIL MALMAISON 92500
    Adresse postale : FNAOM - Caserne Guynemer - 2 rue Charles-Axel Guillaumot - 92500 Rueil-Malmaison
    Téléphone : 01 47 16 57 36
    Télécopie : 01 47 16 57 30
    Emails : cnttdm@orange.fr et : fedetdm@wanadoo.fr
    Site Internet : « http://www.troupesdemarine.org »
    Ancre d’Or : mêmes coordonnées que la Fédération.
    Mais téléphone 01.47.16.57.39
    Email : ancredor@orange.fr

    Retour au Menu
    'Structures officielles'

    Commentaires, critiques, demandes d'informations, contact :
    Pour la FNAOM-ACTDM cnttdm@orange.fr
    Pour le site internet administrateur du site