logo du site des Troupes de Marine : Marsouins et Bigors l'Elite de l'Armee Francaise

 

Site
non officiel
Troupes De Marine
La tradition c'est  un «devoir de mémoire», l’affirmation d’une identité collective, des références de comportements individuels et collectifs.
14 Juin 1940 : Les combats du Secteur Fortifié de la Sarre
- 41eme RMIC / 51eme RMIC -

LA SITUATION GENERALE
Dans l'horreur d'une défaite éclair ou la France s'effondre en ce mois de juin 1940, victime de son impréparation de son laissez-aller et de son absence de volonté, les soldats Français vont, avec leur apreté coutumière faire payer chèrement à l'ennemi, le prix de cette défaite honteuse.
14 Juin 1940, Paris est déclarée ville ouverte. Sans combats, la ville tombe aux mains des Allemands.... elle va le rester 4 années durant.
A 400 kilomètres de là, en Lorraine, sur une ligne "Saint-Avold - Sarralbe - Saint-Jean de Rohrbach", les combats font rage, certainement les plus violents de la bataille de France. Dans ce secteur, les Français résistent magnifiquement aux puissantes attaques de la 1ère armée Allemande commandée par le Général VON WITZLEBEN.
Celui-ci va lancer contre les positions Françaises, une opération de très grande envergure : 9 Divisions, dont 6 de premier échelon, avec un appui formidable d'artillerie : 259 batteries de tous calibres, soit plus de 1.000 bouches à feu. Pour retrouver une telle concentration de canons, il faudra attendre EL ALAMEIN et MONTE CASSINO.
Les Français pour défendre ce secteur de la Ligne MAGINOT, dispose de quatres Régiments d'Infanterie de Forteresse, les 69e, 82e, 133e et 174e RIF. Ce dernier régiment constitue avec les 41eme et 51eme Régiments de Mitrailleurs d'Infanterie Coloniale le centre du dispositif: le secteur fortifié de la Sarre, commandé par le Colonel DAGNAN, un Marsouin.

Le 41eme RMIC créé en 1933 est commandé par le Colonel TRISTANI. Le 51eme RMIC créé lui en 1939 par dédoublement du 41eme RMIC est commandé par le Lieutenant-Colonel DE REVIERS DE MAUNY. Ces deux régiments étaient composés chacun de 3.000 hommes.

Bien organisée, la défense s'appuie sur les ouvrages de l'avancée d'HOLVING et bénéficie de la protection des zones inondées en avant des réseaux. Les Français disposent égéalement en réserve du dispositif de défense de bataillons de mitrailleurs, de la 52e DI et de la 1ere Division de grenadiers Polonais.

LA BATAILLE

L'attaque Allemande, précédée par une préparation d'artillerie d'une violence inouie rappelant VERDUN, pour les anciens de la Grande Guerre, commence à l'aube du 14. Elle durera toute la journée. Les Stukas génés par le brouillard, sur l'ouest du secteur, interviennent par vagues de 35 appareils, dès 7 heures sur le secteur d'HOLVING. Les HEINKEL 111 déversent des nappes de bombes sur les défenses Françaises, rasant du coup plusieurs villages.
Les pionniers Allemands, masqués par des écrans de fumigènes coupent les réseaux de barbelésou les font sauter. Les tirs d'artillerie s'allongent et les fantassins Allemands partent à l'assaut. Les Français se battent comme des lions et tiennent leurs positions. Partout les Allemands sont stoppés et, à la mi-journée, le commandement Allemand avoue son echec. Durant l'après-midi l'effort est poursuivi avec acharnement et avec des moyens accrus.

L'avancée HOLVING, tenue par les Marsouins du 41e RMIC résiste à trois assauts terribles. Les Allemands ne perceront pas la ligne MAGINOT. La journée s'achève. Nos troupes ont arrêté partout l'offensive Allemande qui se solde par 1.500 tués et 4.000 blessés.
Malheureusement le repli est inévitable. A court de vivres et de munitions les unités décrochent dans la nuit, une à une en emmenant avec elles leurs blessés . Pressés par l'ennemi nos Marsouins garderont toujours l'avantage sur les allemands jusque dans les combats au corps à corps qui se passeront le 23 juin sur le canal de la Marne au Rhin.

Les combattants des 41e et 51e RMIC n'ont pas failli. Ils ont sauvé ce qui nous restait : notre Honneur. Gloire à leurs morts !

LES CITATIONS A L'ORDRE DE L'ARMEE

41eme Régiment de Mitrailleurs d'Infanterie Coloniale.
"Régiment d'Elite. Sous le commandement énérgique du Colonel TRISTANI a tenu un secteur sur le front de la SARRE pendant toute la durée de la guerre. Le 14 Juin 1940 ayant subi une puissante offensive ennemie préparée depuis des semaines et menée par des forces très supérieures, a, en dépit de la violence des attaques appuyées par un bombardement intense d'artillerie et d'aviation, maintenu intégralement ses positions et infligé à l'ennemi un echec des plus sévères.
Du 15 au 22 juin, conformant ses mouvement à la manoeuvre en retraite des troupes de l'est, a, malgré de lourdes pertes, l'extrème fatigue, la pénurie de vivres et de munitions, défendu le terrain peid à pied. Grâce à la froide résolution des cadres et de la troupe, par l'habileté de la manoeuvre, par la vigueur des contre-attaques, notamment le 17 juin au passage du canal de la Marne au Rhin, le 18 à Réchicourt, a conservé jusqu'à la fin son ascendant sur l'ennemi". (cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre 1939-1945 avec palme.

51eme Régiment de Mitrailleurs d'Infanterie Coloniale.
Cité à l'ordre du XXeme CA, le 20 juin 1940 par le Général HUBERT, le 51e RMIC a été proposé depuis par le Général DAGNAN pour la citation suivante à l'ordre de l'Armée qui n'a jamais été homologuée :
"Magnifique régiment, qui sous le commandement de Lieutenant-Colonel DE REVIERS DE MAUNY, a vaillamment défendu le 14 juin 1940 la position fortifiée qu'il avait solidement organisée de part et d'autre de Sarralbe et dont ensuite les bataillons utilisés du 16 au 22 par suite des circonstances sur deux front différents (Canal de la Marne au Rhin et Blamont d'une part, la Moselle de charmes d'autre part) ont partout et toujours opposé à la poussé Allemande exercée par des effectifs très supérieurs, une farouche et opiniatre résistance et ont infligé des pertes sévères à l'ennemi".

ORIGINE ET FILIATION DES 2 REGIMENTS

41eme Régiment de Mitrailleurs d'Infanterie Coloniale.
Dépositaire des traditions des 41eme RIC et 12eme Bataillon de Tirailleurs Malgaches
créé le 1er Novembre 1916 en qualité de 12eme Bataillon de Tirailleurs Malgaches
1918 - 12eme Bataillon de Chasseurs Malgaches
1919 - 1er Régiment de Chasseurs Malgaches
1923 - 41eme Régiment de Tirailleurs Coloniaux
1925 - 41eme Régiment de Tirailleurs Coloniaux de Marche
1926 - 41eme Régiment de Tirailleurs Malgaches
1931 - 41eme Régiment de Mitrailleurs Malgaches
1933 - 41eme Régiment de Mitrailleurs d'Infanterie Coloniale
1940 - juillet : dissous

Son Drapeau porte les Inscriptions :
- L'Aisne 1918
- Vauxhaillon 1918
- France 1939-1940
et est décoré des Croix de Guerre 1914-1918 (3 palmes), 1939-1945 (1 palme), des TOE (2 palmes) et porte la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre 1914-1918.

Le 12 Octobre 1992, sur la Place d'Arme du Quartier DUGOMMIER à Pointe-à-Pitre, le Lieutenant-Colonel Commandant le 41eme BIMa recevait officiellement des mains du Commandant Militaire de la Guadeloupe le Nouveau Drapeau confié à la Garde du Bataillon. Cette cérémonie clôturait le long processus amorcé par les différents Chefs de Corps du 41eme BCS et du 41eme BIMa pour faire reconnaitre la filiation du 41eme RMIC.

51eme Régiment de Mitrailleurs d'Infanterie Coloniale.
Le 51eme RMIC avait été créé sous le nom de 51eme Régiment de Tirailleurs Indochinois avec les Cadres et la Troupe des 51eme et 52eme Bataillons de Tirailleurs Indochinois créés en 1923 à Stenay et 1920 en Indochine ( le 52eme) comme 2eme Bataillon de Marche du Tonkin.
le 51eme fut absorbé par le 41eme RMIC en 1934 et reformé en 1938 puis en 1939 par le 1er Bataillon du 41eme RMIC Son Drapeau porte les Inscriptions :
- Grande-Guerre 1916-1918
- Orient 1916-1918
- Levant 1921
Cité en 1940

Le récit des combats de "l'enfer de HOLVING et SARRALBE"
ainsi que les historiques des 2 unités (41 et 51 R.M.I.C.) ont été fournis par
Monsieur le Président PERRIN
de l'Amicale des Marsouins et Bigors du Secteur Fortifié de la Sarre

Cette amicale est maintenant malheureusement dissoute.

Commentaires, critiques, demandes d'informations
contact :administrateur du site non-officiel des Troupes De Marine

Précédent