Les uniformes des Troupes de Marine

1873 - 1900

Historique

 

Uniforme

Tenue de 1873 : Jusqu'en 1873, la tenue avait reçu plusieurs modifications partielles; le règlement du 10 janvier de cette même année la régla de la façon suivante :
Pour les officiers.
Tunique en drap bleu fin, croisant sur la poitrine et boutonnée de chaque côté au moyen de boutons dorés au mat et estampé en relief d'une ancre, entrelacée d'un câble. Le collet est brodé d'une ancre encâblée en cannetille et paillettes d'or. Les galons de grade sont en tresses plates en or de 6mm de largeur. Epaulettes en galon d'or dit en trait; franges en petites torsades mates pour les officiers supérieurs. Hausse-col en cuivre doré, portant au milieu une ancre encâblée en argent. Capote en drap bleu foncé, croisant sur la poitrine au moyen de boutons d'uniforme de chaque côte; elle comporte un collet se rabattant sur l'encolure et six poches, dont quatre devant et deux derrières. Collet à capuchon, du même drap que la capote, se fermant au moyen de petits boutons d'uniforme. Pantalon en drap fin, semblable comme couleur et coupe à celui de la troupe (1 Culotte et botte à l'écuyère pour les officiers montés) Shako avec pourtour garni d'un galon d'or fin à lézarde, cocarde tricolore, fausse juguliare en tresse câblée d'or fin et ancre en cuivre doré. Le pompon est comme celui de la troupe. En grande tenue, les officiers supérieurs font usage du plumet; les colonels, de l'aigrette. Képi en drap fin, avec ancre encâblée, brodée d'or sur le bandeau, montants et galons de grade en tresse plates en or.
Pour les colonies seulement (*) . * Gilet en piqué blanc avec petits boutons d'uniforme. * Pantalon blanc de même tracé que le pantalon de drap. * Paletot de molleton bleu fin, confectionné comme celui de la troupe. Il comporte, outre les galons de grade comme pour la tunique, une ancre brodée de chaque côté du collet et sur les épaules une bride d'épaulette de passementerie d'or fin. * Chapeau en tresse de latanier, recouvert d'une coiffe en tissu de coton blanc. En Cochinchine, le chapeau est remplacé par le salacco recouvert d'une coiffe en toile blanche de cretonne.
Ceinturon en galon de soie noire, avec plaque ovale en cuivre doré au mat, représentant une ancre encâblée. Bélière antérieure et bélière postérieure de même tissu que le ceinturon. Sabre à garde découpée à jour, dessin en relief représentant sur la coquille principale une ancre sur quatre drapeaux entourés de branches de lauriers. Poignée en corne de buffle noire, entourée d'une hélice en filigrane doré. Lame évidée à dos arrondi, non saillant. Fourreau en tôle d'acier. Dragonne composée d'un cordon en soie noire et d'un gland avec frange en or mat. Pour la petite tenue, le gland est remplacé par une olive en soie noire.

Pour la troupe.
Tunique en drap du fond, bleu foncé, croisant sur la poitrine et boutonnée au moyen de gros boutons d'uniforme, en cuivre, estampés en relief d'une ancre entrelacée d'un câble. Passepoil écarlate. Collet en drap de fond portant de chaque côté une ancre en drap écarlate. Pour les sous-officiers, elle est en drap demi-fin, et pour les adjudants en drap fin. Paletot de molleton bleu foncé, croisant sur la poitrine et se boutonnant, à droite et à gauche, au moyen de deux rangées de cinq gros boutons. Collet orné, à chaque extrémité, d'une ancre câblée en drap écarlate. Pantalon confectionné très large, en drap du fond gris bleuté, avec passepoil écarlate. Capote en drap gris de fer bleuté. Elle se croise sur la poitrine au moyen de six gros boutons d'uniforme de chaque côté ; le collet est garni d'ancres comme celui du paletot de molleton. La capote doit tomber à 33 centimètres de terre. Elle se porte seule ou par-dessus le paletot de molleton. Celle des adjudants est semblable à la capote d'officier. Shako. Il se compose d'un turban en drap bleu foncé, d'un bourdalou et d'un calot en cuir verni noir, d'une visière en forte vache noircie à l'encre, et d'une jugulaire. Sa forme est celle d'un cône oblique et tronqué à base elliptique. Ses accessoires comprennent une cocarde peinte aux couleurs nationales, ancre en cuivre, tombac estampé et découpé, et enfin d'un pompon bleu pour le 1er régiment, écarlate pour le 2e, jonquille pour le 3e, vert pour le 4e et blanc pour les hommes employés en dehors des régiments. Képi en drap pareil à la tunique, et composé d'un bandeau sur le devant duquel est cousue une ancre câblée, découpée en drap écarlate, d'un rond ou culot, et d'un turban en quatre pièces verticales. Il est orné, sur toutes les coutures, d'un passepoil en cordonnet de laine. La visière est semblable à celle du shako. Le képi des adjudants est confectionné comme celui des oficiers. Epaulettes en laine jonquille. Souliers avec guêtres en cuir ou en toile blanche.
Pour les colonies seulement (*).* Pantalon en toile blanche de même coupe que celui de drap.* Chapeau et salacco comme ceux des officiers.* Gilet de flanelle.* Grande guêtres en toile forte (pour le Sénégal et la Cochinchine seulement)
Les galons de grade sont placés obliquement sur chaque avant-bras. Ils se composent : pour les soldats de 1re classe, d'un galon en laine couleur écarlate. ; pour les caporaux, de deux galons parallèles de la même nuance ; pour les sergents, d'un galon en or à lézarde ; pour les fourriers on y ajoute, sur le haut de chaque bras, un galon de même nature ; pour les sergents-majors, deux galons en or parallèles placés sur chaque avant-bras.Le galon d'adjudant consiste en une tresse plate dite côtelé en trait.

L'équipement et l'armement se composent de :
La giberne, la poche à cartouches, le ceinturon avec porte-sabre, le ceinturon en cuir verni et la dragonne en soie avec olive pour les sergents-majors, le fusil modèle 1866 avec sabre-baïonette. L'armement des adjudants et des sergents-majors consiste en un sabre d'officier, mais sans aucune dorure.

1876 : 1er septembre 1876. - Les officiers sont autorisés à faire usage d'un manteau en étoffe caoutchoutée.

1877 : 10 septembre 1877. - Adoption du pistolet révolver, modèle 1847.

1877 : (Troupes) En 1877, les troupes reçoivent le fusil modèle 1874, dit fusil Gras. Ce dernier est lui-même remplacé, en 1889, par le fusil à répétition modèle 1886, dit fusil Lebel.

1878 : (Troupes) Le 31 mars 1878, une coiffure unique, le casque en liège, est adopté pour toutes les colonies.

1879 : 24 juillet 1879. - (Troupes) Chaque homme, en France, reçoit pour les exercices et les corvées un pantalon de treillis.

1881 : 13 janvier 1881. - (Troupes) Le pantalon en flanelle bleue avec passepoil rouge est adopté pour les colonies et doit être porté dans toutes les circonstances où l'on faisait usage du pantalon de drap, qui est supprimé pour les troupes coloniales.

1881 : 30 juin 1881. - (Troupes) Le brodequin napolitain est adopté comme chaussure de marche et de service; le soulier avec guêtre doit être considéré comme chaussure de repos.

1882 : 15 juin 1882. - (Troupes) Suppression de la giberne et de la cartouchière en usage pour les remplacer par deux cartouchières nouveau modèle. Ce dernier subira encore une modification en 1885.

1883 : 19 mars 1883. - La tunique et les épaulettes sont supprimées pour les officiers et les adjudants, et remplacées par un dolman et par des pattes en or mat pour les officiers supérieurs et en or brillant pour les officiers subalternes.
Le dolman est confectionné en drap bleu foncé. Il se ferme droit sur la poitrine au moyen de sept brandebourgs de tresse carrée en poil de chèvre noir. Le bouton d'uniforme reste le même, mais il est moins plat ; le collet en drap de fond du dolman, est orné d'une ancre encâblée. Les marques distinctives du grade consistent en un trèfle formé de soutache d'or.
Pour la tenue journalière, les pattes sont en poil de chèvre noir.
Le shako est remplacé par un képi servant à la fois de coiffure de petite et de grande tenue, avec cette différence que les galons en soutache sont substitués aux tresses plates dont il était orné.
Le ceinturon, devant se porter sous le dolman, sera, à l'avenir, à boucle au lieu de plaque.
La dragonne de grande tenue est toute en or, mais une décision du 9 juillet 1884 remet l'ancienne en vigueur.
Un nouveau modèle de sabre est adopté. La lame est droite à deux tranchants, longue de 830 millimètres. La poignée, en corne de buffle noircie, est enroulée d'un filigrane ; elle comprend la garde, la branche principale et trois branches latérales, ainsi que le quillon et l'oeil pour le cordon de la dragonne.
Le fourreau et la lame sont en en acier et nickelés ; les autres parties sont en bronze blanc de nickel.

1883 : La circulaire du 4 juin 1883 prescrit que, pour les colonies, le dolman de France constituera la grande tenue, mais que, comme tenue de jour, d'exercice et de campagne, les officiers et adjudants feront usage d'un dolman en flanelle bleu foncé ; il diffère de celui adopté pour la métropole en ce que les tresses seront plates, dites soubises, ; que les galons de grade seront plats, et les pattes remplacées par des brides en poil de chèvre. Ce dolman pourra être porté en France et il remplace le paletot de molleton en toutes circonstances.

1884 : 12 juin 1884. - (Troupes) Le shako est supprimé et remplacé par un second képi semblable à celui qui existe. Le plus neuf des deux est porté pour la grande tenue.

1884 : 20 août 1884. - Le hausse-col est supprimé ; l'insigne de service consistera désormais à avoir la jugulaire sous le menton.

1885 : 3 octobre 1885. - (Troupes) Adoption pour les sergents-majors, d'un ceinturon en soie et d'une dragonne en cuir.

1886 : 9 août 1886. - Adoption, pour la première tenue, d'un képi rigide du même modèle que celui qui est en usage, mais orné sur le devant, d'une ancre en cuivre doré, d'une cocarde en soie striée et d'un pompon sphérique en petite torsade d'or mat. En grande tenue, les officiers supérieurs portent un plumet retombant en saule pleureur. Ce plumet est en plumes de coq aux couleurs nationales. Dans les mêmes circonstances, les colonels font usage de l'aigrette en plumes blanches de héron.

1886 : 9 août 1886. - (Troupes) Les adjudants reçoivent comme coiffure de grande tenue, le képi rigide semblable au modèle en vigueur pour eux. Ce képi est muni des mêmes ornements que celui des officiers, seulement le pompon est en cordonnet de soie rouge et d'argent.

1886 : 21 octobre 1886. - (Troupes) La tunique est supprimée et remplacée par un second paletot de molleton.
Les hommes, à l'exception des sous-officiers, reçoivent pour les travaux intérieurs, les corvées et les exercices de détail, un bourgeron en toile grise.
Les troupes en service aux colonies feront usage, pour la tenue du jour d'un paletot en toile cachou, coupé droit, sans collet, muni de boutons d'ordonnance à demeure. Ce vêtement est bordé autour du col d'une ganse et d'une tresse de couleur bleue.
Une autre tresse de même nuance simule sur les manches un parement droit.
Enfin, le casque reçoit une insigne consistant en une ancre câblée, en cuivre estampée en relief.

1886 : 26 octobre 1886. - Les officiers sont autorisés à faire usage, aux colonies, d'un dolman en toile blanche, fermant droit sur la poitrine au moyen de sept gros boutons d'uniforme mobiles. Les marques distinctives de grade consistent en galons en trait or posés sur une bande mobile en toile bleu foncé. Chaque épaule est ornée d'un passant en trait or posé aussi sur bande mobile en toile bleu foncé. Le même acte prescrit que dorénavant le dolman en flanelle ne comportera plus ni galons-brandebourgs sur le devant du corsage, ni galons-soutaches pour les brides d'épaules, ni marques distinctives de grade en forme de trèfle. Il sera confectionné sur le même modèle que le dolman en toile, avec cette seule différence que les garnitures en métal et les marques distinctives des grades seront fixes au lieu d'être mobiles.

1888 : 20 octobre 1888. - (Troupes) Il est fait application aux adjudants des dispositions prises pour les officiers, en ce qui concerne l'adoption d'un dolman en toile blanche et des modifications à apporter au dolman en flanelle bleu foncé.

1889 : 18 juillet 1889. - Les officiers montés sont autorisés à faire usage, en dehors des prises d'armes, d'une pelisse de la nuance du drap de fond de leur arme.

1889 : Le fusil modèle 1874, dit fusil Gras est remplacé, en 1889, par le fusil à répétition modèle 1886, dit fusil Lebel.

1890 : 3 février 1890. - Les insignes spéciaux dont sont pourvus les majors, capitaines-majors, capitaines adjudants-majors et capitaines de tir sont supprimés. Ces officiers porteront seulement les insignes de leur grade.

1890 : 2 mai 1890. - Les numéros des régiments sont substitués aux ancres sur les coiffures et collets des effets d'habillement, à l'exception du képi de première tenue qui continue à porter l'ancre. Les officiers détachés dans les corps indigènes ou disciplinaires conservent le numéro du régiment auquel ils appartenaient antérieurement. Ceux de l'état-major prennent le foudre au collet et le brassard.
Les trois premiers galons inférieurs doivent être séparés des autres par un intervalle de 12 millimètres, sur les manches des dolmans de flanelle et des dolmans en toile blanche, ainsi que sur les capotes des officiers supérieurs.

1890 :2 mai 1890. - (Troupes) Les numéros des régiments sont substitués aux ancres sur les coiffures et collets des effets d'habillement. Les hommes de troupe détachés dans les corps indigènes ou disciplinaires ou dans les états-majors conservent le numéro du régiment auquel ils appartenaient antérieurement.

Iconographie

1870 - 1885 1873 1875 1879 1879

139 : Alphonse Marie de Neuville : Caporal Marsouin vers la fin du siècle. Oeuvre peinte entre 1870 et 1885

023 : Sous-lieutenant d'Infanterie de marine Tonkin. 1873

374 : Infanterie de marine. 1875

030 : Infanterie de Marine. 1879 - 1. Officier, 2. Canonnier.

314 : Infanterie de marine, paletot bleu. 1879

ARTILLERIE DE MARINE. 1879.
030 : Pour les deux : Tenue de l'artillerie. Tunique bleu foncé (noire pour officier), collet rouge, grenade or pour officier et bleu foncé pour le canonnier; parements rouges, tresses noires, boutons or pour officier, boutons cuivre pour le canonnier, galon des manches or pour officier, rouge pour canonnier (Ière classe). Gants blancs.
Pour officier : Porte-giberne noir, agrémenté or. Fourreau de sabre fer, bélière noire.
Pour canonnier : Equipement noir, capote bleu foncé sur le sac, guêtres noires.
Pantalons bleu foncé à bandes rouges. Shakos - pour officier noir galonné d'or et plumet écarlate, canons croisés or; pour canonnier : Bleu foncé, galonnage écarlate, olive et canons croisés cuivre, plumet écarlate. [Valmont #AD8]

1882 1883 1885 1886 1886 1886 1887 1887
024 : Lieutenant d'Infanterie de Marine Indochine. 1882 452 : Infanterie de marine, au Tonkin. 1883 373 : Infanterie de Marine aux colonies. 1885 315 : Infanterie de marine, paletot tropical. 1886 449 : Artillerie de Marine, Maréchal des logis chef, tenue coloniale. 1886 450 : Artillerie de Marine, Officier, tenue coloniale. 1886

281 : Infanterie de marine, grande tenue. 1887

211 : Officier d'artillerie de la marine, tenue coloniale. 1887

1889   1890   1892 1895 1895

026 : Artillerie de Marine : Officier et soldat. Lithographie coloriée à la main. 1889

387 : Infanterie de marine, tenue de permission

451 : Infanterie de marine, tenue de ville aux Colonies. 1890

388 : Infanterie de marine, tenue des colonies

028 : Artillerie de Marine au Dahomey (1892) 029 : Infanterie de Marine 1895 375 : Infanterie de Marine 1895
1897 1900 1900 1900 1900
027 : Sous-lieutenant d'Infanterie de Marine - 1897 376 : Infanterie de marine. 1900 337 : Infanterie de marine à Madagascar. 1900 320 : Infanterie de marine, caporal en bleu mécanicien, Chine. 1900 025 : Soldats de la Coloniale vers 1900

Sources iconographiques

Sources texte

Retour

Commentaires, critiques, demandes d'informations
contacts : administrateur - rédacteur
du site non-officiel des Troupes De Marine