Les uniformes des Troupes de Marine

Le service des Colonies

Historique

Entre les années 1804 et 1808, l'empereur retira tous les cadres qui se trouvaient aux colonies. Seul, le 66e de ligne resta à la Guadeloupe jusqu'en 1812. On fit usage, aux colonies, de milices locales organisées par les gouverneurs.

Lorsqu'en 1814 la France reprit possession des colonies que le traité de paix lui remettait, des bataillons supplémentaires furent mis sur pied dans certains régiments de la métropole. En 1816, deux légions d'infanterie portant les numéros 88 (légion de la Martinique) et 89 (légion de la Guadeloupe) furent organisées à l'île de Ré et à Oléron, puis il y eut un bataillon de l'île Bourbon, un bataillon de la Guyane, un bataillon du Sénégal. Cette dernière garnison périt en partie au cours du naufrage de la Méduse. Aux Antilles, lors de la dislocation des légions départementales, les troupes de garnison se transformèrent en bataillons coloniaux. Au Sénégal, on envoya en renfort un 1er bataillon d'Afrique (1819). Un autre bataillon fut envoyé à Saint-Louis, le " bataillon du Sénégal ", tandis que celui qui s'y trouvait devenait " bataillon de Gorée ".

Uniforme

Détachements destinés au service du bord ou des garnisons coloniales
L'instruction du 10 février 1809 prescrivait que chaque homme faisant partie des détachements destinés au service du bord ou des garnisons coloniales serait pourvu, par les soins de son corps d'origine : d'un habit, d'une redingote, d'une culotte, d'une veste, d'un shako, d'une giberne et porte-giberne, d'une bretelle de fusil, de deux chemises, d'un col noir, de deux paires de bas, dont l'une en fil de coton et l'autre en laine, de deux paires de souliers, d'une paire de guêtres en toile grise (pour l'infanterie), d'un sac de toile (pendant la guerre seulement), d'un sac de peau et de deux cocardes.

Service colonial de 1814 à 1821
La tenue, pour les troupes coloniales de cette époque, était de même coupe que celle des légions départementales, mais bleu de roi, avec couleurs distinctives suivant les localités; la capote était grise et le shako en feutre noir.

Bataillons coloniaux
La tenue des bataillons coloniaux était la même que celle de l'infanterie légère, mais avec l'habit-veste beige comportant collet, passepoils et parements bleu de roi.

Iconographie

1803 1809 1810 1815 - 1820 1815 - 1820 1816

Régiment de l'Ile-de-France. 1803

Troupes françaises : infanterie de Ligne, 1er Bataillon colonial, 1807

Chasseur de la Réunion. 1810

Bataillons Coloniaux : Grenadier du 1er Bat., Voltigeur du 3e Bat.

Bataillons Coloniaux : Grenadier du 1er Bat., Voltigeur du 3e Bat., Officier du 1er Bat. (1820)

Fusillier du 2e bataillon colonial, stationné à l'île d'Oléron.

ARTILLERIE DE MARINE.
434 : Régiment de l'Ile de France 1803 : Pompon rouge au chapeau, ganse jaune. Col et parements rouges. Revers blancs et passepoils rouge. Epaulettes rouges. Boutons cuivre. Veste, culotte, guêtres, retroussis blancs. Equipement blanc. Passepoil blanc au parement. Cheveux poudrés. [Valmont #14 : Volume 102q, page 27]

1816 - 1821 1817 1817 1817 1820

098 : Chasseurs noir de Cayenne 1820, Officier des Bataillons Coloniaux 1816-1821, Bataillons coloniaux 1821.

307 : Légion départementale de la Réunion. 1817

094 : 1817. Bataillons Coloniaux. Fusilier (1er Bataillon), Caporal (3e Bataillon)

095 : 1817. Bataillons Coloniaux. Fusilier, Sergent

223 : Voltigeur des bataillons coloniaux (1819-1820) ou du bataillon de Rochefort (1820-1824) ou d'une formation des colonies, sans doute le bataillon du Sénégal (1820-1823).

1832 1842

355 : Coloniaux. 1832

279 : Compagnies de discipline de la marine : 1. Sous-officier, grande tenue. 2. Fusilier. 3. Pionnier

COMPAGNIE DE DICIPLINE DE LA MARINE - ORDONNANCE DU 25.12.1842.
Cette compagnie fut créée et formée à Lorient par ordonnance de 1824. Le cadre était alors fourni par l'artillerie de marine. Réorganisée par ordonnance du 25.12.1842, le cadre fut alors fourni par l'Infanterie de Marine. La compagnie est composée de deux sections, la première de fusiliers armés, la seconde de pionniers non armés.
279.1 : Sous-officier, Grande tenue 1842 : Il porte la tenue de l'infanterie de marine en 1840, avec le shako cylindrique adopté en 1837. Il a troué son fourniment en croix contre le ceinturon en buffle blanc. Shako noir à galon supérieur garance et pompon écarlate. Habit bleu. Collet et passepoil garance. Epaulettes et brides écarlates. Retroussis garances à ancre bleus. Pantalon garance. Boutons de cuivre à ancre. Guêtres noires. Garniture de fusil cuivre. Galon or. [Valmont #127]
279.2 : Ière section de fusilier : Casquette gris fer. Bandeau, soutache du bord supérieur, soutache verticale bleu foncé. Agrafe de cocarde et bouton blanc; visière verte par dessous. Veste tout à fait bleue, collet et boutons blancs. Cuirs et ceinturon blancs à plaque de cuivre (ornement indistinct). Pantalon gris, guêtres blanches. Fusil à garnitures de cuivre. Havre-sac gris noir. Etui blanc rayé bleu, fond bleu. [Valmont #127]
279.3 : 2ème section Pionnier : Même casquette que le fusilier. Veste tout à fait grise, collet et boutons blancs. Même sac. Guêtres noires. Même tenue que les pionniers de terre, mais les boutons blancs. Cuirs blancs. [Valmont #127]

Sources

Retour

Commentaires, critiques, demandes d'informations
contacts : administrateur - rédacteur
du site non-officiel des Troupes De Marine